MENU

Laurie Dyèvre, portrait

la-dy

La Dy ou Laurie Dyèvre (née à Rostrenen en Bretagne en 1983) est une artiste de la voix, peintre de la phytoimpression et plastic art performer. Baignée dans un univers familial toujours en travail, elle apprend très tôt les enjeux sociaux qui sont ceux de l'artiste et de l'artisan ; en mouvement constant, elle apprend aussi à connaître les très différents paysages français.

Ce qui l'intéresse depuis son plus jeune âge, c'est le design sous toutes ses formes. À 3 ans elle réalise son premier livre relié et illustré parlant d’un loup solitaire ; à 6 ans c'est une armoire à parfums confectionnée à partir d'un cageot. Puis ce sont les copies de comics ou de BD, avec un fort attachement pour Don Rosa, Carl Barks, Stan Lee et Jack Kirby. Cela marque le début d'une aventure plastique et graphique variée toujours en cours aujourd'hui.

du-figuratif-a-l-abstraction

Aidant l'entreprise familiale à la réalisation de nombreuses planches peintes en phyto, elle apprend la pose de la couleur au pinceau, à l'encre, à l'eau et au crayon dans des délais records. Elle diffuse à 14 ans ses propres planches chez les herboristes et fleuristes. Vers 15 ans elle réalise Rose du figuratif à l'abstraction, c'est là que naît son travail de la phytoimpression : c'est ce qui nous reste de la fleur qui est la fleur.

Elle compose ses premières mélodies et textes, en parallèle de reprises de rock (Metallica, les Stones, les Doors) et d'autres genres. Elle s'attarde sur la langue espagnole, la percussion, la guitare et le piano, enregistre 10 titres sous le nom de Philìos. Lors d'un voyage en Espagne elle fait sa première rencontre avec le lyrique, via la chanteuse Nuria Rial, qui l'encourage à diffuser son travail. Vers 16 ans elle aspire à agrandir son champ d'exploration, et entre dans différents ateliers d'art à La Roche sur Yon afin d'y apprendre le dessin de nu, et de préparer les examens sur projet aux beaux-arts dans l'atelier de Francine Guiet. Elle prépare le bac L option arts plastiques en candidat libre, ce qui lui permet de suivre deux ans de cours du soir aux beaux-arts de Nantes.

vertical-vertige

À 17 ans elle présente pour l'examen d'entrée son travail personnel Vertical vertige, photomontage à l'échelle 1:1 représentant une personne au bord du vide reliée à une chaise par une corde passant par une poulie. Ce travail se rattache à une tradition liturgique de la représentation de la pesée des âmes. Ici elle vient en pesée de l'objet, la chaise marquant le choix vertigineux de l'humain qui peut avoir à choisir entre la matière et l'esprit. C'est avec ce travail qu'elle réussit son entrée aux beaux-arts. Son travail désormais s'oriente dans une direction proche d'artistes comme le designer du controdesign et de l'hyperhumain Alessandro Mendini ainsi que le photographe slovène Evgen Bavcar.

Durant cette période d'études elle travaillera surtout avec Yann Le Ru sur le son et les écritures musicales, Khaled Benfredj en workshop sur la manière du peintre. Elle réalise des courts métrages dans lesquels elle met en scène des personnages costumés ou non, presque toujours accompagnés de musique et de chant composés et interprétés par elle. Ses films, inspirés de Wim Wenders ou de Luchino Visconti, traitent tous de l'être et de la perception du monde. Elle y expérimente l'image de synthèse. Elle propose également des performances chantées, par exemple Je suis une abstraction. Son dernier grand travail dans l'école sera une carte du monde en pigment jaune sur fond noir de 8x4m. Après le DNAP, plutôt que de poursuivre elle demande une équivalence en licence d'histoire de l'art, afin de ne pas être trop influencée par l'art conceptuel.

film-court
le-nu-noir
film-court-2

Elle va ainsi réappréhender sous l'angle de la théorie différents domaines tels que le design et la photographie, l'archéologie, les arts précieux et les commanditaires au moyen âge. Elle renoue également avec l'Espagne grâce à sa professeure d'epagnol via une étude sur Velasquez, s'intéresse aux cultures extra-européennes et effectue un stage chez un antiquaire franco-chinois spécialiste de la Chine et du Japon et fabricant de planchers en bambou.
A cette période elle écrit un essai sur le noir et le jaune : amarillo y negro como concepto moderno, elle monte différents duos musicaux, en particulier avec un guitariste de tradition andalouse. Ils réalisent ensemble un album portant le nom d'un nouveau style : Rock Andablues. En auto-entrepreneure, elle crée des costumes et tient un atelier couture ; elle crée aussi une chaise de salle d'attente avec assise et dossier en verre appelée Wait.

chaise-hope

Elle suit en parallèle une formation en PAO et compose des chartes graphiques en binôme avec un ingénieur logiciel, des films documentaires dont L'habitat premier sur la création d'un habitat sur mesure pour les artistes. Elle donne workshops, cours de dessin et participe à Rennes avec d'autres artistes à l'exposition L'architecture de la nature : création d'espaces et d'objets de design faisant appel à différentes technologies.

paravent-detail

Elle suit alors une formation de langue bretonne auprès de Skol an Emsav, et prend part à plusieurs événements artistiques en breton à Brest. Elle travaille également le lyrique dans le chant durant 3 ans, avec notamment Catherine Walmetz, Aline Jaillet et le Centre Ecoute et voix de l'ouest.

le-naufrage-de-la-terre

En 2014, elle fonde La Voix Sociale qui réunit pour la première fois ses compétences vocales et plastiques. Le premier grand projet est celui de la création d'un opéra d'aujourd'hui, Le Naufragé de la Terre. Laurie Dyèvre va alors réunir une équipe de personnes aux compétences diverses. Ce travail aboutira à la création du premier acte de l'opéra à Rennes en 2015, ainsi qu'à la mise en place du site internet dédié au projet qui deviendra en 2017 le projet O.P.E.R.A. (Organisme de Production Elaborée et de Recherches Atonales).

La Voix Sociale est sélectionnée à l'issue d'un appel à projets pour les 10 ans des Champs Libres, ce sera Le Futur en voûte mené avec le poète Thibault Bâton M. et un groupe d'enfants de 10 ans, jusqu'à transformer une salle de la bibliothèque en un espace archéo-futuriste dont la voûte est un nouveau système solaire.

Elle met en place des formations d'expression vocale, accompagne des projets artistiques vers la diffusion et la professionnalisation, enseigne la sculpture, monte le trio vocal rétro Les Springs, joue le rôle de la Narratrice dans la pièce de théâtre Lazare – Les pensées et les roses de Thibault Bâton M. dont elle est aussi la scénographe. Elle lance la marque Méditation Miniature : design végétal, confection de zafu de méditation... Une exposition du même nom a lieu en 2016. Laurie Dyèvre est aussi à l'initiative du festival Les Journées de la Voix soutenu par la ville de Rennes en 2017.

En 2017 La Voix Sociale emploie 3 salariés et plusieurs intervenants extérieurs. Laurie Dyèvre y propose un nouveau Parcours Design pour les adultes en reconversion.

le-futur-en-voute
composition-photo